Architecte de formation, Emmanuelle Bouyer développe inlassablement une recherche sur l'apparaître et le disparaître. Le travail présenté ici traque plus précisément ce qu'elle nomme la « disparance », cette carence, ce manque, creusés inexorablement par « ce qui se retire », qu'il s'agisse de la lumière, de l'eau... Les productions issues de cette quête prennent les multiples formes de la performance, au dessin, à l'installation, à la vidéo.